RÉGION  D'IKHOUANEN 

Ikhouanene est une région rurale située sur  à proximité de Taza-Elhoceima ( Gzanaya Ouest) à 16 Km de Ajdir-Taza.
Elle comprend, entre autres, plusieurs petits hameaux: 'ASSWIR', "TIDASS", "TEGHZA", "HIBER","ADRAR" ,"DSASS".
On estime le nombre de sa population à une quatre-centaine, 400 environs.
L'élevage et l'agriculture sont les deux activités les plus fréquentes de la part das habitans.
l'amazigh est la langue vernaculaire des habitants.
le mot ikhouanen serait dérivé selon DAVID HART, du nom du Chérif Abdellah ELKHOULANI Elwazzani, enterré à TAMADDA; SENHAJA-SRAYER.

Capture d’écran 2021-03-26 à 13.43.54.
 

HISTOIRE

Igzennayenen en Berbre est un territoire montagneux du Nord-Est du Maroc, est une tribu rifaine appartenant au Rif centro-oriental. La confédération rifaine des Igzennayen (appelée « Gzenaya » sous sa forme arabisée). Le territoire se situe majoritairement dans les provinces de Tazaainsi qu'une partie dans la province de Driouch (anciennement Nador). Il s'agit d'une grande tribu guerrière, connue pour son art de la guerre, lors de la Guerre du Rif notamment.

Les Igzennayen sont entourés des Ait Touzine au nord, des Ait Ouryaghal au nord-ouest, des Ait Ammart à l'ouest et des Ibdarsen (Mtalsa) à l'est et au sud-est. 

Les principales villes et villages des Igzenayen sont:  Aknoul (capitale), AjdirKassita (frontière avec les Ait Touzine, la ville est mixte), Tizi Ouasli, Izeroualen, Aghbal, Bouyakchour, Tala Tazegwaght, Dcharana, Boured, Inahnahane, Ghammart, Tizroutine, Tasliouine, Ihrassen, etc.

Les Igzenayen sont divisés en sept factions dont la plus grande des familles sont les Zarfani ; il s'agit de la tribu d'origine de la famille Ababou :

  • Ayt Ɛasim (Ajdir, Izeroualen, Aghbal)

  • Ayt Mḥend (Boujettou, Aḥfir)

  • Ayt Ɛisa (Dchar Sidi Ɛisa)

  • Ayt Yunes (Kassita, Tizi Ouasli)

  • Icawiyen (Aknoul)

  • Jbarna (Tizroutine)

  • Imezdurar (Tainest)

Cette région était partagée en deux à l'époque de la colonisation par les Espagnols au nord (Sidi Ali Bourakba, Kassita) et les Français au sud (Tizi Ouasli, Aknoul, Ajdir).

Cette tribu est plus particulièrement connue pour le « triangle de la mort » lors des batailles anti-coloniales des années 50. Beaucoup de combattants viennent de la farouche tribu des Gzenaya. Et dans cette région accidentée au cœur du Rif, que la grande presse avait surnommé « le triangle de la mort », les combats sont d'une extrême violence. Ni l'aviation, ni les tanks français ne peuvent intervenir efficacement contre les rebelles rifains.